Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 08:50

Motherhood : PhotoComme vous le savez, j'ai deux petits loups respectivement âgés de 1 et 2 ans... Dieu sait que je les aime et qu'ils sont mignons, mais il y a des jours où je voudrais passer une journée toute seule sans réveil à 5h30 du matin ( ça dure depuis environ deux mois... je suis sur les rotules parce que le soir, j'ai pas envie de me coucher avec les poules, faut pas déconner, j'ai une vie aussi, moi... je vais pas continuer à faire à manger, manger et faire la vaisselle pour me coucher sans avoir fait un truc à moi, c'est ma soupape de sécurité, ça et en même temps ça me fatigue encore plus, cruel dilemme). Sans hausser la voix, ni mettre un petit frondeur au coin ou encore sans changer une seule couche.

Des fois, je me dis que si je vois encore un seul de ces objets récupérateurs de fluides corporels, je vais hurler !

Je pense que ma fatigue parle à ma place.

J'ai la chance d'être à la maison et de ne pas avoir de travail en plus à gérer, parce que là sinon, je crois que je serais déjà en train de chercher la gare la plus proche pur me jeter sous les roues du prochain train...

Je suis hagarde, j'ai des poches sous les yeux, j'ai l'impression de flotter dans un nuage de fatigue permanent.

La fatigue me rend plus irritable, moins patiente et plus prompte à hausser la voix. Je me rends compte que je frôle parfois l'hystérie et que je dois avoir l'air d'une folle. Mais mes nerfs sont tendus à l'extrême, je dois me faire violence pour ne pas craquer et m'effondrer en larmes devant les enfants. ( en même temps je suis super forte pour refouler mes larmes). 

Il y a des jours où je voudrais que mes enfants aient un bouton "OFF" que je puisse me reposer un chouillat, mais malheureusement il n'existe pas ce bouton providentiel. Je dois donc faire avec.

Mon mari m'a peut-être offert la lueur d'espoir au bout du tunnel en suggérant que j'aille passer quelques jours chez mes parents, ma mère étant à la retraite incessament sous peu, je pourrais profiter de son temps libre pour lui confier ses petits enfants adorés et me reposer un peu. Je n'en peux plus, je dois me reposer sous peine de déprime sévère je pense.

 

Et vous, chères mamans, des moments de grosse fatigue parfois ? Rasurez-moi, je suis normale, hein ? On ne peut pas toujours être Super Maman, toujours prête à dégainer la solution idéale pour les enfants, hein ? Hein ? HEIN ? HEIN ?????????

 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 08:00

Eh oui, vous avez en "face" de vous une célébrité !

Non, je rigole, j'ai bien été sur scène, mais bon, on était une classe de théâtre, et les seuls à venir nous voir étaient les membres de nos famille et quelques amis ( S'il y avait 50 personnes, ça devait être tout)

Enfin bref, là n'est pas la question. Il y a quelques années, j'avais envie de faire un peu autre chose que de me mmorfondre chez moi et une copine m'a opportunément proposé de suivre des cours de théâtre avec elle. J'ai tout de suite accepté parce que je trouvais le challenge intéressant et motivant.

Pour ceux qui ne me connaissent qu'à travers ma verve et ma bonne humeurs naturelles sur ce blog, il faut savoir que dans la vraie vie, je usis plutpot du genre petite souris grise qui fait bien en sorte qu'on en la remarque pas tout en voulant me démarquer. Oui, je suis paradoxale et j'aime ça, merci. En gros, je suis discrète, timide, je ne m'habille pas à la mode car 99% des machisn qu'on me propose, je trouve ça moche et je me fais ma petite vie mode à moi.

J'ai du mal à aller spontanément vers les gens et j'ai un petit temps d'adaptation nécessaire pour ouvrir la bouche et perdre mon cocon protecteur de sielnce. Mais une fois que c'est parti, je suis une vraie bavarde...  Oui, je sais me dégeler quand même, il faut juste une temps de  chauffe et de jaugeage.

Enfin bref, là n'est pas la question, bis.

 

J'ai donc décidé de me lancer dans l'aventure théâtre avec une ptite boule au ventre cependant. La souris grise en moi me criait assez puissamment de filer me cacher et de fuir le regard de mes camarades.

Et puis, grâce à notre professeur très sympa et très pro, j'ai petit à petit mis un pied hors de ma chrysalide pour enfin devenir un petit papillon guilleret. Il fallait le dire, je m'éclatais comme une bête ! Quitter mes frusques ordinaires pour devenir quelqu'un d'autre, évacuer mon trop plein d'émotions à fleur de peau en les faisant vivre sur scène, j'ai adoré ça !

Nous avons même fait un spectacle de fin d'année, eh oui ! Nous avons mis bien 4 mois à le mettre sur pied sur le thème du voyage.Nous avons sélectionné des textes choisis par tout le monde et décidé qui jouerai quoi. J'ai fini par devenir Fanny qui dit au revoir à Marius. Bon, on n'est pas allés jusqu'au baiser, on était des novices. Mais comme j'ai aimé jouer, même si le trac me tétanisait !  On a  une impression de toute puissance, l'adrénaline court dans nos veines et notre âme s'évade de notre corps pour planer au dessus des spectateurs pour laisser la place à une autre personne, un autre tempérament, une autre apparence. C'est grisant.

 

J'ai malheureusement du laisser tomber ( il y avait 4 ou 5 niveaux de difficulté) car j'ai du déménager. Mais si j'avais pu continuer, je l'aurais fait et avec un plaisir immense !

Au point que je me tâte pour faire du théâtre ici aussi. Seule, sans personne pour m'accompagner, je trouve ça un peu dur de se motiver pour affronter des inconnus, mais en même temps, je me dis que je pourrais tenter l'expérience. Malheureusement, c'est en même temps que mon cours de zumba, arrggggggg !

 

Et vous, tentés par une activité artistique ?

 

 

Partager cet article
Repost0
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 09:21

Girl on tablet with social media icon chalkboard : PhotoQuand on commence un blog, on est plein d'idées, plein d'allant et de temps libre.

On a des tas de choses à dire sur tout et n'importe quoi, on a l'enthousiasme du débutant qui se lance dans un nouveau projet, une nouvelle sphère de contact.

Les gens sont ouverts ( ou pas, faut pas déconner, le monde des blogueurs n'est pas non plus le pays des Bisounours, loin s'en faut, il a aussi ses tissus d'âneries et de débilités) ils ont envie d'échanger et de vous faire partager leur ressenti.

On y fait de belles rencontres que l'on n'aurait pas forcément faites dans la vraie vie et on a la banane quand on ouvre son ordinateur le matin pour découvrir ce que nous ont concocté nos copines ( forcément, quand on est dans une sphère de filles, on a moins de copains du coup) et on peut aussi faire de belles découvertes à travers les pérégrinations de nos copines virtuelles.

 

Et puis, peu a peu, on évolue, on change de vie, on a moins de temps et on se rend compte qu'on commence à disparaître de la sphère. Car un blog, c'est un système d'échange : tu vas chez les autres, qui vont chez toi. Forcément, si tu n'y vas plus, ils finissent par t'oublier. Un peu comme dans la vraie vie, si tu ne donnes plus signe de vie, certains ne vont pas non plus aller te chercher et c'est normal, c'est ce qui s'appelle l'ordre des choses.

 

Je me rends compte que ce que je publie en ce moment n'est qu'un tissu d'inepties réchauffées qui n'ont plus la fougue ni l'allant d'autrefois. Mon inspiration se fait la malle et j'ai du mal à trouver des sujets que je n'ai pas traités ou bien si j'ai l'idée, je n'ai pas le temps de la noter car j'ai un de mes trolls qui me rappelle à l'ordre derechef. Eh oui, la vraie vie me rattrappe. 

J'ai pourtant envie de discuter, d'échanger et de rencontrer de nouvelles personnes, mais pour cela, il faut du temps pour visiter les autres pour qu'ils vous visitent à votre tour et pouvoir découvrir les personnes avec qui le courant va pouvoir facilement passer.

 

Je suis pleine de contradictions : j'ai envie d'écrire, mais j'ai l'impression en même temps de me forcer à produire quelque chose sans que l'idée géniale ne soit venue me visiter.

Je me rends compte aussi que j'écris souvent sur ce manque d'isnpiration. Ouh, je me répète, je deviens redondante, je radote. Je vais peut-être bientôt devoir choisisr ma maison de retraite mes enfants XD

Écrire, c'est bien, mais encore faut-il avoir quelque chose de pertinent à écrire... J'ai envie de partager, de faire découvrir des choses et puis en même temps, j'ai envie de me recroqueviller dans un petit coin à ruminer sur la perte de ma belle inspiration...

J'ai envie d'écrire, et de raconter tout et n'importe quoi. Et en même temps, j'ai l'impression d'être un vieux disque rayé...

La vie est dure, moi je vous le dis, pour que j'en sois à ma tourmenter sur une chose somme toute aussi futile.

 

Je ne veux pas que mon blog meure, je ne veux pas que cette partie de moi disparaisse, mais je me demande si ça ne va pas être le dénouement inéluctable de mon bébé virtuel...

 

Comment vous faites, vous, pour vous renouveler sans arrêt, hein ? Comment vous faites pour ne pas vous lasser ? 

 

Partager cet article
Repost0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 08:37

Summer sill Life : PhotoJe dois dire que, si j'ai été élevée dans la cuisine traditionnelle franco-française ( à quelques exceptions près) bien grasse et pleine de crème, je suis plutôt ouverte à la cuisine étrangère. Étonnant quand on voit ma mère qui plisse le nez chaque fois qu'on parle d'un plat nouveau venu d'ailleurs que de France (pour ensuite me demander la recette "parce qu'en fin de compte c'est très bon, ma fille" ( Maman, tu es une vraie gamine, c'est moi la fille dans l'histoire, toi tu es sensée être plus âgée et plus mûre dans ta tête)

 

Enfin bref.

Donc, vous l'aurez compris, je n'ai pas été prédisposée à m'ouvrir à a cuisine étrangère, quoi.

 

J'ai eu la chance, dans mon adolescence, d'avoir des copines d'origine laotienne, et je mangeais souvent chez elles. J'avais donc deux choix : manger ( et me régaler) ou les regarder manger, le ventre gargouillant. Vous l'aurez deviné, j'ai choisi ( et avec plaisir) la première option. C'est ainsi que j'ai appris à manger piquant ( très piquant) et que j'ai découvert le curry, la sauce nuoc mam ( même si, pour le coup étonnamment, ma mère en connaissait l'existence, et faisait de très bons nems grâce à une voisine vietnamienne, voyez le paradoxe familial XD), la coriandre et plein de plats ou autres saveurs très différentes de ce que je dégustais chez moi.

 

Et puis, je suis partie au Japon et j'ai encore élargi mes horizons culinaires ( j'avais commencé avant, je vous rassure, j'avais pénétré les cercles japonais de ma ville). J'y ai appris à cuisiner des plats et découvert une autre façon de faire les courses dans des magasins achalandés de manière très différente.

 

Et puis j'ai rencontré mon homme, le bon. Et j'ai encore élargi mon univers culinaire. J'ai appris à faire du poisson cru, du poulet au tamarin , du pu'a chou, pain coco, po'e et autres délices de là bas.

Ensuite, eh bien  mon homme et moi étant de grands gourmands, nous avons encore plus élargi nos horizons : cuisine indienne, thaï, africaine, mauricienne et bien d'autres. On mange de tout et on teste toutes sortes de recettes. On adore ça. Au moins, nos enfants ne seront pas dépaysés quand on voyagera ( ou du moins quand on essaiera, parce que ça coûte une blinde de voyager, mine de rien...) ils ont déjà pas mal de saveurs à découvrir et on veut qu'ils soient assez ouverts sur ce plan ( et bien d'autres bien entendu).

 

Enfin vous l'aurez compris, le soleil, le voyage et la diversité flottent dans nos assiettes. J'aime découvrir de nouvelles saveurs et les faire découvrir aussi. Nos invités ont toujours des surprises dans l'assiette. Bon, ils aiment ou pas, mais en tout cas, il savent que je n'aime pas faire de la cuisisne bateau XD donc ils viennent chez nous à leurs risques et périls !

 

Et vous alors ? Cuisine plutôt terroir ou bien voyage ?

Ça vous dirait que je mette quelques recettes de notre menu de temps en temps ? ( Il en traîne déjà quelques unes sur le blog, mais bon, je demande, on ne sait jamais, je eux décourvri des fans insoupçonnés de ma délicieuses ( XD) cuisine)

Partager cet article
Repost0
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 08:25

we are rock stars : PhotoNon, ne rigolez pas, c'est vrai. Ceux et celles qui me connaissent savent que j'adore chanter. Non, sans rigoler, je fredonne ou chante à tue tête, ça dépend d'où je suis, très très souvent. Empêchez-moi de chanter, et je m'étiole ( comme quand on m'empêche de lire, quoi).

Quand je cuisine, je chante, quand je fais la vaisselle ( que je déteste) je chante pour me donner du cœur à l'ouvrage, quand je prend ma douche, je chante, quand je suis sur vos blogs, je fredonne, pour mes enfants, je chante...

 

Le seul hic est que, si je chante toujours, mes belles musiques cool de Pink, Brel, Oldelaf ou que sais-je encore ont été sournoisement remplacées... Oui, sournoisement.

Par qui, me direz-vous ? Par ces stupides petites chansonnettes pour enfants dont sont bourrés les jouets électroniques ultra perfectionnés que les enfants adorent !

Je me retrouve donc à chanter "Dans la ferme au animaux iya iya oh, on y trouve 5 animaux, iya iya oh" ou encore " Bienvenue dans la ferme parlante on y trouve des choses étonnantes..." ( je vous fais grâce du reste) ou encore le très célèbre "Quand vient l'heure de se baigner, Bourriquet aime bien chantonner"...

 

Le pire, c'est que je ne m'en rends compte qu'après avoir entonné à tue tête ces morceaux en boucle bien deux ou trois fois...

En gros, je passe pour une folle retombée au stade du areuh areuh, gouzi gouzi...

J'aime mes enfants, mais là, je dois dire que je désespère. Je me lamente. Je m'arrache les cheveux. Je m'auto flagelle !

 

Diantre, il faut que je fasse quelque chose !

 

J'ai donc décidé de contre-attaquer et de mettre plus souvent MA musique ! Mon Pink, mes Radwimps, mon Oldelaf, mon Skip the Use et autre Muse qui me font me sentir grande ( mais pas trop, faut pas déconner) et de tenter une contamination de mes enfants aussi insidieuse que celle dont je suis victime.

 

Ah mais non, on ne déconne pas avec la musique mesdames, messieurs, certainement pas. Je vais donc me faire l'initiateur musical de mes enfants et leur apprendre ce qu'est la bonne, la vraie musique ( selon mes critères, bien sûr, bah ouais). La musique qui vous prend aux tripes et vous donne envie de chanter et de danser ! Je ne me laisserai pas vaincre par les lobbies en couches culottes qui veulent me laver le cerveau et le remplir de "pouêt, pouêt, da da da" ou autres " coin coin, ouaf ouaf". Je veux bien que mes enfants évouent en douceur, mais pas aux dépends de ma santé mentale, non plus...

 

NB : je tremble à l'idée de ce qu'ils vont nous ramener à la maison une fois ados... Quand j'entends certaines soupes commerciales qui viennent nous faire couler le cerveau par les oreilles, brrrr. Christophe Maé, tu ne passeras pas par chez nous !!!!!!!!!! NONNNNNNNNNNNNNNNNNN !!!!!!!

 

 

 

Voilà ce que je veux qu'ils écoutent, moi

Partager cet article
Repost0
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 08:10

L'autre jour, je suis tombée sur l'émission de Christina Cordula où elle relooke les gens. "nouveau look pour une nouvelle vie" que ça s'appelle, il me semble. Vu que je coupais les légumes et que mes trolls étaient avec moi, je ne pouvais pas regarder grand chose, donc j'ai laissé ça, au moins ça n'est pas violent et ça passe le temps.

Mais cette émission était un peu spéciale, vu qu'elle devait relooké de futurs mariés : donc robe de mariée et costume de marié à la clé.

Je ne sais pas pour les femmes mariées qui me lisent, mais depuis mon mariage, chaque fosi qu je vois un truc en rapport avec le mariage ( sauf 4 mariages pour une lune de miel, que je trouve pathétique, on ne note pas un mariage, c'est un moment unique, personnel) j'ai ma petite larmichette en repensant au nôtre de mariage.

Quand je m'en suis ouverte à mon homme, il m'a dit une chose qui m'a rendu terriblement heureuse. Attendez que je m'en souvienne... Ça donnait ça " oh, moi ça ne m'émeut pas plus que ça, vu que je n'ai absolument rien à regretter pour notre mariage, tu l'as super bien organisé" Et là sourire en banane sur mon visage fatigué. C'est pas un super compliment, ça mesdames ? N'est-ce pas ?

Ensuite, vient l'apparition de la mariée coiffée, habillée et tout le toutim ( il est arrivé au milieu) et quand je lui dit "Oh elle est jolie quand même" il me dit "Peut-être mais toi, tu étais carrément plus belle". Oh, gros cœur gonflé d'amour pour son chéri qui décidément m'envoie des tas de fleurs ce soir.

 

Quand je repense à notre mariage, de toute façon, c'est avec un sourire grand comme ça. J'en ai bavé pendant un an à courir les prestataires, été tentée de mordre sauvagement les mollets des autres mariées qui voulaient me piquer MA salle, la salle de mes rêves. Usé mes méninges pour faire une déco jolie et pas trop gnangnan en rapport avec les épices et avec le marron et l'orange. Je suis allée au bout de ma créativité et de mes "dons" manuels ( quasi inexistants...) pour créer la décoration de mes rêves. Mais c'est quand je me suis retrouvée dans ma robe, coiffée, maquillée, chaussée, que je me suis enfin dit que ça y était, j'allais me marier.

Contrairement à la plupart des mariées ( et contrairement à mes craintes) j'avais tellement bien préparé l’événement ( oui, je sais, le melon me guette) que le jour J, j'étais zen et souriante, prête à profiter de la journée. de toute façon, j'avais prévenu mon homme, au moindre couac, c'était lui qui gérait, vu que moi, j'avais tout préparé pendant un an, na !

 

Ah, j'aimerais quand même retourner à cette journée pour en profiter encore. Mais bon, notre famille, nos amis en parlent encore 5 ans après, ça veut dire que ça a plu, non ? XD Bah oui, c'est pas tous les jours qu'on voit un mariage teinté de tradition tahitienne quand même ;)

 

Voilà, fin de mon quart d'heure nostalgie qui saoule tout le monde. 

 

Nostalgie quand tu nous tiens
Nostalgie quand tu nous tiens
Nostalgie quand tu nous tiens
Nostalgie quand tu nous tiens
Partager cet article
Repost0
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 08:53

Oui, vous lisez bien ! Après 2 semaines de couture intensive ( avec 3 bonnes heures par jour ( voire plus parfois, je suis une folle, je sais, mais bon, quand je me fixe un but, je fais tout pour l'atteindre), faites le calcul, ça fait un peu peur, hein ?) j'ai presque fini mon tifaifai !

Oui, je sais, j'avais dit que je le montrerais une fois fini, fini, mais je ne résiste pas à la tentation de vous montrer mon oeuvre.

 

Bon, il est très perfectible, vraiment, j'ai fait pas mal d'erreurs, surtout au début et je suis un peu énervée de voir le boulot un peu cochonné ( mais en même temps, je n'ai que très peu d'expérience de la couture... donc il fallait que je m'y fasse...) Il fallait trouver le système pour plier les arètes à coudre et j'avais parfois révu un peu court je me suis donc bien embêtée en fait... Oui, essayez de plier sur un micro bout de tissu, ça fiche tout le temps le camp et mon bâti était un peu fait n'importe comment, à revoir également. Mais j'ai énormément appris avec ces erreurs, donc pas de regrets ( eh non, je ne suis pas une super nana de la couture, je l'aurais aimé, mais définitivement non, le chemin de la perfection est encore trèèèèèèèèèèèèèèèès loin)  Erreur commise une fois, mais pas deux ! Vous verrez les photos, je suis maso, j'aime montrer mes erreurs...

 

J'ai donc fait un motif de fleur de tiare ( prononcer "tialé") ouverte et en bouton, mais je ne sais pas comment je m'y suis prise, j'ai réussi à décaler un des boutons... Bref... Bon ce n'est pas dramatique mais ça me chiffonne. Je ne vais cependant pas défaire pour refaire, un bouton représente 3 heures de boulot... Oui, ça chiffre, hein ?

J'ai aussi, fait un motif un peu travaillé pour le contour, que j'ai totalement imaginé et fait à main levée pour donner un air joli ( enfin j'ai essayé, hein) j'ai ensuite plié le tissu en huit pour couper de façon uniforme et que ce soit à peu près de même forme et en miroir.

Mon tifaifai est très simple, je n'ai pas voulu faire quelque chose de trop compliqué pour ma première fois. Autant se fixer des buts atteignables et ne pas me dégoûter de la couture à vie...

 

J'ai encore les deux petits carrés à coudre, ou pas... Je me tâte un peu, même si je me dis qu'en fin de compte, ça habille pas mal et remplit les vides. J'en avais mis 4 au début, mais comme un des boutons est un peu décalé, les deux autres ne faisaient que mettre en exèrgue ma grosse bourde, donc exit !

Je trouve les couleurs plutôt jolies ( bon, je sais, c'es très subjectif, je raffole du vert et c'est moi qui ai fait l'arrangement des couleurs) et en harmonie. Qu'en dites-vous ?

 

Vous voulez voir les photos ? Allez c'est parti, qu'en pensez-vous ? Et ne me ménagez pas, hein, je suis pour les réponses honnêtes et franches, quitte à en être un peu froissée, ya que ça qui fait avancer dans la vie ! :

 

 

En premier, mon tifaifai en entier. en deuxième, la fleur  centrale dont je ne suis pas peu fière ( c'est la dernière chose que j'ai cousue) ensuite un des bords ratés, suivi par un bord moins raté XD et enfin un des quatre boutons.
En premier, mon tifaifai en entier. en deuxième, la fleur  centrale dont je ne suis pas peu fière ( c'est la dernière chose que j'ai cousue) ensuite un des bords ratés, suivi par un bord moins raté XD et enfin un des quatre boutons.
En premier, mon tifaifai en entier. en deuxième, la fleur  centrale dont je ne suis pas peu fière ( c'est la dernière chose que j'ai cousue) ensuite un des bords ratés, suivi par un bord moins raté XD et enfin un des quatre boutons.
En premier, mon tifaifai en entier. en deuxième, la fleur  centrale dont je ne suis pas peu fière ( c'est la dernière chose que j'ai cousue) ensuite un des bords ratés, suivi par un bord moins raté XD et enfin un des quatre boutons.
En premier, mon tifaifai en entier. en deuxième, la fleur  centrale dont je ne suis pas peu fière ( c'est la dernière chose que j'ai cousue) ensuite un des bords ratés, suivi par un bord moins raté XD et enfin un des quatre boutons.

En premier, mon tifaifai en entier. en deuxième, la fleur centrale dont je ne suis pas peu fière ( c'est la dernière chose que j'ai cousue) ensuite un des bords ratés, suivi par un bord moins raté XD et enfin un des quatre boutons.

Partager cet article
Repost0
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 08:09

Evolution of the light bulb - from Thomas Edison to energy saving bulb : PhotoQuand je regarde tout ce qui m'entoure, je me rends compte que nous sommes de plus en plus dépendants d'objets dont nous pouvions nous passer sans soucis "autrefois" (entendons par cela le passé proche ou lointain, ne nous cassons pas la tête).

Prenons quelques exemples emblématiques :

Je vais commencer par le portable !

Il y a 15 ans, ce n'était qu'un objet anecdotique, hors de prix. De nos jours, ne pas avoir de portable est plus bizarre que de s'en passer. C'est vrai que c'est super pratique pour se retrouver quand on a un rendez-vous et qu'une personne est en retard, s'est plantée d'endroit ou que sais-je. On est plus facilement joignable pour les appels importants et on est connectés à tout moment.

En revanche, nous sommes sous le joug de ces petits tas de transistors. Eh bien oui, on ne sait plus se donner rendez-vous sans avoir le filet de sécurité que représente ce petit boitier. Certains ( dont je ne fais pas partie) sont accrochés en permanence à leur clavier et ne lèvent pas la tête laissant le soin à leur bestiole électronique de créer les liens sociaux. Le direct c'est pour les ringards... Une journée sans portable, vous pourriez le faire ? Pari tenu !

 

Il y a aussi internet qui s'est développé à peu près au même moment que les téléphones portables.

Je réalise que nous avons ouvert une nouvelle porte sur le monde grâce à cet outil bien pratique. Une recherche, un achat, un appel à faire ? Hop, on dégaine son ordinateur connecté à Internet le Magnifique !

Il nous ouvre une belle fenêtre sur le monde et la Polynésie,  le Japon, si lointains, se retrouvent à la porte à côté et on voit même les gens bouger ! Certes, il n'y a pas de contact physique, mais c'est tellement agréable de voir les êtres chers... Et puis, c'est devenu bon marché aussi, c'est génial !

Si je trouve ceci très pratique, il est vrai que cela lèse les relations sociales directes, ne trouvez-vous pas ? On se dissimule derrière nos écrans et on laisse mourir le relationnel ainsi que les petits magasins de centre-ville à cause de nos achats en ligne ( mais je dois dire que c'est tellement pratique quand on a des gamins et que c'est une vraie galère de faire des courses avec eux...)

 

Nous avons su trouver des tas d'objets pour nous faciliter la vie et gagner du temps. Franchement, je tuerais pour un lave-vaisselle. Je déteste laver les assiettes sales et ça me bouffe un temps monstrueux. Là, je dois dire que c'est une invention divine... qui me fait de l’œil et me nargue, diantre !

L'aspirateur est aussi une vraie manne : on peut nettoyer bien plus en profondeur avec ces objets. Mais je dois dire que je suis plus perplexe face aux aspirateurs dits "intelligents" et qui font le ménage à votre place. Certes, ça semble super sur le papier, mais je ne sais pas, je trouve ça un peu étrange...

 

Enfin, si je continuais, je crois que la liste serait interminable : en gros, notre vie est devenue bien facile depuis me temps de nos grands-parents.

 

Mais une question me taraude, que deviendrions-nous si l'électricité disparaissait ? Eh oui, tout deviendrait inutile. Finis les portables, Internet, aspirateurs, télé, machine à laver et autres bienfaits du progrès. Je pense que nous le sentirions passer... Mais en même temps, ça donnerait une tonne de boulot, ya pas à dire... Tiens, une belle utopie à créer, non ? Mais je suis bête, les Amishs y ont déjà pensé avant moi ! XD

 

Partager cet article
Repost0
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 09:05

Naked men on horseback : PhotoOui, l'homme ( le contraire de la femme, donc, pas le terme général ) est comme un animal rétif. Je sens que je vais me faire des copains parmi la gent masculine avec cette remarque et tout mon article, moi XD

Eh oui, au début, comme un cheval sauvage, il faut savoir le capturer ( avec son (ses) charme(s) et son intelligence brillante de préférence et non avec un hameçon, un lasso ou encore un harpon, d'un c'est un peu sale, de deux, je doute qu'il apprécie la démarche, et de trois je crois pas qu'il ait envie de rester avec nous après ça.)

Enfin bref, il faut commencer par piquer sa curiosité et ensuite faire opérer le charme en vue de commencer sa domestication. Eh oui, il faut du temps pour qu'ils s'habituent à notre présence, qu'ils nous aiment à notre juste valeur. Appâtez-le avec de la bonne cuisine ou encore la gigue horizontale, rien de mieux que la deuxième solution pour créer un lien qu'il faudra ensuite approfondir à coups de câlins, de cajôleries et autres démonstrations de notre affection ( non, pas le mot "amour" avant un bon bout de temps, c'est un fort repoussoir, du doigté et de la délicatesse dis-je)

 

Et surtout, une règle d'or : ne surtout jamais, JAMAIS ! parler mariage dès le début de la relation, cela mènerait à la fuite éperdue du bel homme de vos rêves. Car, tout comme un étalon, montrer une cravache ou des éperons quand on veut le dresser, ne ferait que le braquer et le faire fuir, loin, loin, très loin. Combien de femmes ai-je vu finir seules et éplorées après avoir clairement énoncé un souhait de mariage... Mon dieu, quand je les voyais commencer à parler mariage après juste 6 mois de relation, je disais à mon homme "ah, le couple risque de ne pas durer" et peu de temps après, vlan, annonce de séparation.

Un homme n'aime pas sentir un couperet dressé au-dessus de sa tête, il ne supporte pas de voir s'agiter devant lui les chaînes de la captivité. Car le mariage, dans la tête d'un homme qui n'est pas prêt équivaut à 100 ans de bagne, tenez-vous le pour dit mesdames.

Non, il faut savoir jouer tout en finesse et en douceur. Commencer par le rendre dingue de vous, vous rendre insdipensable à ses yeux et ensuite commencer à faire des allusions subtiles sur le mariage. Il doit s'habituer tout doucement à l'issue inéluctable de la relation. La jouer fine, mesdames, tel ces dresseurs qui murmurent à l'oreille des chevaux, voilà le maître mot ! Il faut les rassurer, les mettre à l'aise et VLAN leur mettre la corde au cou !

 

Tout ça pour dire qu'un homme, il ne faut pas le brusquer, il faut savoir l'écouter et ne pas le braquer. Nous avons beau être tous des êtres humains, nous avons une façon bien différente de penser et d'appréhender certaines situations. Mettons-nous un peu à leur place pour essayer de comprendre leur système de pensée et pouvoir nous adapter à leur rythme pour mieux les capturer sans qu'ils s'en rendent compte.

 

L'homme est un cheval sauvage épris de liberté qu'il faudra mettre au pas et bien le traiter par la suite. Parce qu'il trouvera un moyen de filer, n'en doutez pas. Comme je le dis toujours, un animal sauvage n'est jamais totalement domestiqué, il vous accepte, mais s'il est malheureux, il trouvera un moyen de sauter par dessus les barrières et de vous laisser seule, avec juste vos yeux pour pleurer.

 

Sur ce, fin de la minute pilosophique d'Élu XD

 

( NB : au cas ou des personnes étroites d'esprit passeraient par là ( on ne sait jamais, même avec un nombre restreint de visiteurs, on peut tomber sur des gneugneu), ceci est de l'humour à prendre eu 200ème degré ( quoique, je dois dire qu'il y a quand même un gros fond de vérité, faut pas déconner non plus) )

 

Sur ce bonne journée !

 

Alors, d'accord avec moi ? Pas d'accord ?

Partager cet article
Repost0
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 10:12

drunk : PhotoVous connaissez le nouveau mouvement à la mode par chez nous ? Oui, le mot barbare que j'ai inscrit là haut, la neckomination. Non ? Eh bien, expliquons, un sourire crispé sur le visage.

La necknomination de "neck" ( boire en anglais" et "nomination" vous aurez compris on désigne quelqu'un) est un nouveau phénomène qui fait fureur sur facebook. Déjà ça commence bien... Cela consiste à se filmer en train de boire cul sec un verre d'alcool et à désigner ensuite trois personnes. Bien sûr la vidéo est postée sur facebook et tout le monde peut constater que la bêtise humaine aime s'afficher avec fierté...

Outre le fait que je trouve ça complètement débile,, stupide et non productif au possible, je suis horrifiée de voir à quel point boire de l'alcool comme ça, sans discernement et juste pour faire mumuse et faire genre s'est répandu.

Je ne dis pas que boire c'est le mal, que l'on doit vivre comme des moines ( et encore, ce sont les moines qui faisaient la meilleure bibine autrefois ( eh ouais, champagne, pinard, gnôle ça vient des amis de Dieu), j'ai donc de sérieux doutes sur leur sobriété à l'intérieur de leurs monastères...) Je bois moi-même de temps en temps ( raisonnablement et je peux dire avec fierté que je n'ai JAMAIS pris de cuite, eh ouais, ça vous en bouche un coin, hein? )

Je ne pointe pas du doigt les gens qui boivent raisonnablement et qui prennent leurs responsabilités ensuite : ne pas conduire, ne pas se mettre "minable" ( je crois que c'est l'expression en vogue en ce moment, ou me trompé-je ?) ou encore savoir dire "non".

 

Je constate que, malheureusement, boire de nos jours est une mode chez les jeunes mais une mode dangereuse. Car ils boivent souvent sans savourer, juste pour le plaisir d'être ivres et pouvoir se la péter ensuite... ( " ouais nan mais hier je me suis murgé la g... j'ai trop mal à la chetron les gars, mais comme c'est trop de la balle de s'enfiler 2 litres de teck paf cul sec !"  * sourire niais et fanfaron affiché sur un faciès ravagé par l'alcool* ) Nan mais de quoi on peut se vanter franchement ? D'avoir eu l'air d'un gros crétin, avec la bave aux lèvres, le regard vitreux, l'élocution difficile et la spiritualité d'une huître lobotomisée ? Honnêtement, ça ne fait pas rêver du tout. Sans oublier la très glamour position du vomito au-dessus des toilettes... Oh que c'est classe et élégant...

 

Je suis certaine que l'on peut s'amuser sans se bourrer la gueule comme des porcs et sans avoir le lendemain la tête du zombie qui joue dans "28 jours plus tard". On peut s'amuser sans boire comme des trous !

 

S'amuser, oui, y laisser des neurones, non ( car boire sans fin ça a des conséquences sur le cerveau, eh oui, on perd des tas de neurones dans l'opération, mais je sais que ça ne fera pas réfléchir les bonnes personnes car les leurs sont partis en vadrouille depuis belle lurette *sic*).

 

Je dis donc boire de l'alcool, oui, mais avec modération, c'est comme pour tout. Et puis, c'est quand même mieux de savourer, quoi...

 

Et vous, admiratifs devant ce phénomène ? Ou aussi outrés que moi ?

Partager cet article
Repost0

Mais Qui Suis-Je ?

  • : 36 15 code Ma Vie
  • : Blog d'une jeune femme qui a envie de partager ses coups de cœur, ses coups de gueule, ses états d'âme...
  • Contact

Avertissement

Les textes de ce blog sont la propriété exclusive de leur auteur, à savoir moi. Je vous remercie de bien vouloir ne pas prendre la liberté de me les "emprunter" sans ma permission.

Merci

Mon blog Doppleganger

Comme ce blog prend des proportions assez personnelles, j'ai décidé de faire migrer tous mes articles sur les Otome Games ici : http://otomegamesworld.over-blog.com/ 

Au plaisir de vous retrouver là bas pour des discussions sur ce sujet !

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Elucubrations sur Hellocoton