Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 09:11

Photo: Colorful Grenade in a HandAujourd'hui, point d'article enjoué. J'ai envie de partager un peu de mon histoire avec vous. Une histoire qui fait partie de l'Histoire, même si elle est insignifiante.

 

Je suis ce qu'on pourrait appeler "une conséquence indirecte de la deuxième guerre mondiale". Qu'est-ce que cela signifie, me demanderez-vous. Eh bien si cette guerre n'avait pas éclaté, je ne serais pas là.

Stop, arrêtez, ne criez pas au crime contre l'Humanité en lisant ces lignes. J'énonce simplement un fait. 

 

Je suis la petite fille d'un soldat allemand, fait prisonnier dans un petit coin reculé de la Saône et Loire et qui est resté en France plus par nécessité que par volonté. Car sa famille était en République Fédérale Allemande, il ne pouvait plus rentrer.

Mais je m'égare, commençons par le début.

 

Mon grand-père était d'une famille normale : des parents, une soeur. Il a vécu l'ascension de ce tyran qu'était Hitler. Autodafés, brimades, enrôlement dans les jeunesses hitleriennes, il y a eu droit. Mais pas par conviction. Par obligation.

Mon père m'a raconté ce qu'il avait enduré et je peux vous dire que ce n'était pas la joie.

Un jour, il a été puni pour une quelconque bêtise. Il a du laver le sol à la brosse à dents. Un de ses supérieurs est passé par là et pour ajouter à la punition, lui a écrasé les doigts sous sa botte...

 

Puis ce fût la guerre. Cette horreur noire, sombre et écarlate.

Il a été envoyé sur un des fronts les plus terribles qu'il y ait eu pendant cette guerre insensée : la Russie... 

Comment rester sain d'esprit quand on voit ses camarades, ses amis mourir de froid  ? Quand un homme à côté de soi voit son oreille tomber, gelée ?

Mon grand-père n'est pas devenu fou, mais il y a eu des séquelles, c'est évident.

 

Puis il est arrivé en France, où il a été fait prisonnier Lui, tout ce qu'il souhaitait, c'était vivre tranquille avec sa famille. Il s'est donc évadé pour rentrer. Manque de bol, il a été de nouveau fait prisonnier à la frontière et renvoyé d'où il était parti.

 

Résutat, il a fondé une famille avec ma grand-mère. Et je dois avouer que je n'ai jamais compris pourquoi... Je m'explique.

Ma grand-mère détestait mon grand-père. Elle le traitait de tous les noms, et la situation était toujours électrique entre eux. Elle avait déjà une fille, qu'il a élevée comme la sienne. Ils ont d'abord eu deux enfants, dont mon père. Puis ma grand-mère a fauté avec un autre homme et eu un autre enfant. Pour se "venger" mon grand-père lui a refait un dernier enfant.

 

Oui, c'est une famille très perturbée que la mienne. En tout cas les deux générations d'avant ( moi je vais relativement très bien dans  ma tête, merci).

 

Ma grand-mère a toujours traité mon père d'Allemand, car il ressemblait trop à mon grand-père. Elle le chassait à coups de balais, le rabaissait.

Je dois dire que ce n'était pas très agréable d'entendre mon père raconter ces choses-là...

 

Et mon grand-père, me direz-vous ?

Il était plutôt apprécié dans le village en dépit de son statut de "Bosch". Il était travailleur et gentil. Le seul truc était qu'il était alcoolique. La conséquence de ses traumatismes, vous vous rappelez ?

 

Le pire, c'est que j'ai peu de souvenir de lui. Tout ce que je sais, je l'ai appris de la bouche de mon père. Car mon grand-père, pour moi, c'était un homme gentil, au sourire triste mais qui m'intimidait un peu. Il me souriait, me faisait approcher et me parlait avec son accent chantant. Moi, je me dandinais, timide.

Mon grand-père, je l'ai peu connu. J'aurais aimé apprendre de sa bouche son histoire, ce qu'il a ressenti. Mais malheureusement, il a disparu alors que je n'avais que 6 ans.

 

Quand j'entends parler des "Bosch", des "Schleu", des "Frisés" je "comprends" le pourquoi de cette haine ( surtout de la part des anciens). Mais je ne peux m'empêcher de penser à mon grand-père, enrôlé de force, brimé, traumatisé et diminué. 

C'est sur ces bases que j'ai grandi. J'ai toujours eu une vision double de cette guerre.

Entendons-nous BIEN ! Je n'excuse pas les actes des nazis. Je dis juste qu'en face, c'étaient des humains comme nous et que la plupart d'entre eux n'avait pas plus envie de faire la guerre que la plupart des français.

 

La guerre est une chienne, une saloperie. Elle prend et ne rend rien, sauf peut-être des gens brisés et diminués...

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

la carne 18/07/2013 15:17

un beau billet. quand la guerre s'invite dans la famille. quand la petite histoire rejoint la grande histoire. Ta grand-mère en parlait ou pas?

elucubrations 19/07/2013 07:58

Non, elle n'en a jamais parlé. D'ailleurs, elle ne parlait pas beaucoup, surtout à moi, vu qu'elle me voyait moins souvent que ses autres petits enfants.

Mais Qui Suis-Je ?

  • : 36 15 code Ma Vie
  • 36 15 code Ma Vie
  • : Blog d'une jeune femme qui a envie de partager ses coups de cœur, ses coups de gueule, ses états d'âme...
  • Contact

Avertissement

Les textes de ce blog sont la propriété exclusive de leur auteur, à savoir moi. Je vous remercie de bien vouloir ne pas prendre la liberté de me les "emprunter" sans ma permission.

Merci

Mon blog Doppleganger

Comme ce blog prend des proportions assez personnelles, j'ai décidé de faire migrer tous mes articles sur les Otome Games ici : http://otomegamesworld.over-blog.com/ 

Au plaisir de vous retrouver là bas pour des discussions sur ce sujet !

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Elucubrations sur Hellocoton